République Française
Santé Publique Française
1000 premiers jours
1000 premiers jours

11 résultats pour votre recherche : Dépression

icon exterieur
L’isolement, l’absence d’échange sur les difficultés à devenir parents augmentent les risques de dépression. C’est particulièrement vrai chez les mamans en congés maternités, mais les conjoints peuvent être également concernés.

Notre parentalité

Nouvelle vie avec bébé

une femme regarde son téléphone dans la cuisine pendant qu'un homme remplit le lave-vaisselle

L'organisation du quotidien des parents

Cela augmente alors leur stress, leur fatigue et le risque de dépression post-partum. Pour limiter ces risques, il est important d’équilibrer le partage des tâches et de la charge mentale.

Notre parentalité

Nouvelle vie avec bébé

un père tient son nouveau-né dans les bras

Une nouvelle vie de parent

Certaines situations rendent souvent la parentalité difficile à vivre : Quand nos liens avec nos propres parents sont difficiles ou inexistants ; Quand on a une maladie, une dépression ou que bébé a des problèmes de santé ; Quand on vit une situation stressante ou qu’on est victime de violence ; Quand on est peu entouré, ou isolé. Quand on se sent trop en difficultés dans sa nouvelle vie de parent, il ne faut pas hésiter à en parler et à demander de l’aide.

Notre enfant

Relation parent-enfant

Les violences éducatives

Au contraire, la violence faite aux enfants peut entraîner des troubles comme l’anxiété, l’agressivité, la dépression qui peuvent perdurer sur le long terme. En plus, cela perturbe la relation que l’on construit avec son enfant, et nuit à sa confiance en lui.

Notre parentalité

Hygiène de vie

une femme enceinte entourée d'amis boit un verre sans alcool

L'arrêt de l'alcool pendant la grossesse

BON A SAVOIR L’arrêt de l’alcool est bénéfique pour le bébé, et la future maman (et le partenaire s'il arrête aussi !) peut également en tirer un bénéfice : diminution du risque de fatigue, de tension artérielle trop élevée, de troubles du sommeil, de problèmes de mémoire ou de concentration, de dépression, ...et on évite la prise de poids liée à l’alcool (l’alcool pur contient des calories et favorise le stockage des graisses) ! SI ON EN PARLAIT « J'ai consommé de l'alcool avant de savoir que j'étais enceinte.

Nos soutiens

Suivi médical

Le suivi médical après l’accouchement

Après l’accouchement, toutes les femmes bénéficient d’un suivi médical pour vérifier qu’elles récupèrent bien physiquement. Récupérer de la grossesse et de l’accouchement est en effet important pour la santé physique de la femme, et aussi pour sa santé mentale. En quoi consiste le suivi médical après l’accouchement ? Le suivi médical après l’accouchement se compose de : 2 visites à domicile par une sage-femme, si on est sortie de la maternité au deuxième ou troisième jour après l’accouchement (sortie précoce). La première a lieu dans les 24 heures suivant le retour à la maison. la consultation postnatale obligatoire : cet examen doit être effectué dans les 6 à 8 semaines qui suivent l’accouchement. Il peut être réalisé par notre médecin ou par notre sage-femme, si la grossesse a été normale et l'accouchement sans complication. Cette consultation est prise en charge à 100 % avec dispense d'avance de frais (tiers payant). Elle permet de: faire le point sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement, évoquer tous les événements survenus depuis (pour nous ou nos proches), ainsi que les relations avec notre enfant ; effectuer un examen clinique de contrôle ; se faire prescrire des séances de rééducation périnéale si besoin. Des séances de rééducation périnéale et abdominale : elles peuvent être prescrites après l'accouchement. Elles permettent d’éviter ou de mettre fin aux fuites urinaires, sensations de gêne, etc… Des troubles qui peuvent apparaître suite à l'affaiblissement du périnée. Ces séances sont prises en charge à 100 % avec dispense d'avance de frais (tiers payant). Plus d’information sur le site de l’Assurance maladie. Quand faut-il voir le médecin en dehors de ces visites ? Il ne faut pas hésiter à voir le médecin ou la sage-femme en dehors des consultations proposées systématiquement. Notamment si on ressent des choses qui nous inquiètent : des symptômes physiques : perte d’urines à l’occasion d’un effort même minime, sensation de gêne en bas du ventre, etc. des symptômes psychiques : tristesse, irritabilité, sentiment de culpabilité... Et bien sûr on consulte sans attendre en cas de fièvre, saignements anormaux, pertes malodorantes. ON Y PENSE C’est aussi l’occasion de faire le point sur sa contraception si cela n’a pas été fait avant la naissance. Choisir sa contraception est important pour éviter une grossesse non désirée après un accouchement. Un choix qui peut être fait en couple. Plus d’informations sur le site Question Sexualité. ON EN PARLE La reprise du tabac après l’accouchement. Si on n'a pas fumé pendant sa grossesse, on a fait ce qu’il y a de mieux pour sa santé et celle de bébé, c'est bien ! Alors si l’envie de fumer se fait sentir ou si on a recommencé, il ne faut pas culpabiliser. On peut en parler à son médecin ou à sa sage-femme, ou appeler Tabac info service qui pourra nous aider à trouver une solution. Pour récupérer de la grossesse et de l’accouchement, et de tous les chamboulements qui vont avec l’arrivée d’un bébé, toutes les mamans ont surtout besoin de repos et de soutien. Si on en ressent le besoin, on fait des siestes dès que cela est possible, par exemple pendant que bébé dort. On ne doit pas hésiter à demander de l’aide aux personnes qui nous entourent de près ou de loin. Et on se répartit l’organisation familiale et les tâches entre conjoints.